Notre SPIRITUALITE en lien avec l'ECOLE FRANCAISE - Communauté de la Providence de Lisieux

Aller au contenu
Spiritualité

Notre SPIRITUALITE en lien avec l'ECOLE FRANCAISE


Dans le dynamisme du Concile Vatican 2, les familles religieuses ont été pressées d’opérer un retour aux sources qui a permis de faire ressortir certains traits communs entre plusieurs d’entre elles. A la suite de ces rencontres, un certain temps après, s’est constitué  un groupe «Ecole Française de spiritualité» avec comme but d’approfondir l’héritage spirituel  des maîtres spirituels  du XVIIème siècle,  date de fondation de nombreuses congrégations. C’est notre cas.
A travers les turbulences de cette époque surnommée «’Age d’or de la spiritualité en France», le mystique Bérulle (1575-1629) suivi de
Vincent de Paul, Olier, Jean Eudes, et bien d’autres... ont contribué à faire apparaître un nouveau visage d’Eglise et une manière adaptée de vivre la mission de baptisé. L’Eglise d’aujourd’hui a la même préoccupation.
L’expérience personnelle à partir d’une étude approfondie de la Parole de Dieu, ces grands hommes de Dieu, aidés de laïcs et de fondatrices de communautés religieuses, ont contribué à la naissance de  ce qu'on appelle depuis un siècle «Ecole Française de spiritualité».
Pourquoi cette appellation?                                    
Le mot «Ecole» est justifié parce qu’à l’origine Bérulle, fondateur de l’Oratoire de France, donne une formation systématique aux novices. A leur tour, Jean Eudes, J.J. Olier s’employèrent à l’instruction des prêtres et des séminaristes qui diffusèrent dans leurs paroisses l’enseignementreçu au séminaire.
L’épithète «française» fait difficulté, il ne vaut que par les origines.
«Spiritualité», une façon de voir Dieu et de voir l’homme. Cette conception n’a rien  de théorique. Elle vient de l’expérience des initiateurs, de l’attention à l’action de Dieu dans la réalité de leur vie et de celle des autres. Le premier et le meilleur représentant de cette école fut Bérulle. Il a opéré en spiritualité une véritable révolution. Dans le contexte de l’humanisme croissant, il  a remis Dieu au centre de la vie chrétienne à la place de l’homme.  


Quelques traits essentiels de la doctrine de cette Ecole de spiritualité                                                                       



1 - Reconnaissance de la grandeur de Dieu                                                             
a) Reconnaître que Dieu est Dieu, c'est voir qui il est, avoir conscience qu'il a une présence, un  dynamisme.  Qu'Il est "le moteur" de tout.                                                                                      
Conséquences

Cela implique :                                                              
·
L’adoration: percevoir l'abîme qu'il y a entre Dieu et nous.
· L’admiration: admirer quelqu'un c'est déjà se sentir près de lui.  
· L’adhésion: ne faire qu'un en Lui. C'est possible que dans le Christ.    
Ainsi DIEU est à la fois très loin de nous mais aussi très proche  puisque c’est  Lui qui nous fait vivre.




2 - Jésus Christ, le Verbe Incarné

Pourquoi le Verbe est-il devenu homme ?
Selon Bérulle :                                                                                                                                                        
· C’est l’unique moyen pour que Dieu ait un adorateur parfait. Seul Jésus connaît vraiment Dieu comme Dieu.
· Seul Jésus peut être le médiateur parfait entre Dieu et nous. En Jésus, nous sommes appelés à devenir fils de Dieu.

La dévotion à l’Enfant Jésus et celle du Sacré Cœur découlent de ce mystère de l’incarnation. Le cœur de Jésus est le principe et la source de son incarnation, de sa naissance, de sa vie et de sa mort.


3- L'Esprit Saint

L’attention au mystère trinitaire apparait dans la conception de la vie spirituelle. Elle est, rappelle Bérulle, souvent «de l’Esprit dans le fidèle».  

"Laissons l’Esprit donner toute son épaisseur à nos vies pour accomplir le Corps et la beauté de son Eglise".  (M.Olier)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   


4 – La dévotion à Marie

En sa maternité,
· elle est le reflet de l’éternelle paternité divine puisque Jésus est venu au monde par voie de naissance.
· elle est la mère de la miséricorde car elle est la mère du Verbe incarné.
· Elle est un sanctuaire, non seulement en son corps quand elle porte Jésus en elle, mais aussi de manière permanente en son cœur selon Jean Eudes et Olier. Elle nous fait ainsi rencontrer Jésus qui est tout en elle et nous apprend à le laisser «corps» en nos vies.

En résumé, l’Ecole Française de spiritualité propose à tous l’union à Dieu en insistant sur :

· La louange rendue par la liturgie,
· La prière personnelle silencieuse dans l’oraison,
· L’adhérence à Jésus Christ
· La contemplation des mystères du Christ qu’il nous faut exprimer dans notre vie.


EXTRAIT de la PRIERE de M. OLIER

O Jésus, vivant en Marie, viens vivre en nous.

Viens vivre en nous dans ta douceur et ton humilité,
En ta miséricorde, en ton amour.

Viens vivre en nous Jésus Verbe Incarné,
En ton élan vers le Père, en ton amour incomparable.

Viens vivre en nous, Fils bien Aimé du Père,
Lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu.

Viens vivre en nous, Jésus splendeur du Père,
Sagesse éternelle, Roi de gloire.


Retourner au contenu